Réchauffement climatique, vérité ou intox ?

De nombreuses études démontrent que la glace fond en Antarctique tandis qu’une nouvelle étude de la NASA fin 2015 a démontré le contraire en raison du nombre important de précipitations qui se transforment en neige. L’évidence scientifique redoutable qui est le réchauffement climatique est donc remise en question. Qui croire alors et à qui faire confiance?

l'antactique gagne plus de neige qu'il en perd selon la NASA
l’Antarctique gagne plus de neige qu’il en perd selon la NASA

Ce débat sur le réchauffement climatique reste toujours d’actualité surtout esuite à l’établissement de la Cop 21 à Paris à Paris, conférence de Paris sur le climat.

1. Le réchauffement climatique est un phénomène naturel

Les deux tiers de l’énergie en provenance du soleil sont absorbés par l’atmosphère, les sols et l’océan. Le tiers restant est directement réfléchi vers l’espace par les nuages, les aérosols, l’atmosphère et la surface terrestre.

Atmosphère et surface terrestre émettent en retour un rayonnement infrarouge que les nuages et les gaz à effet de serre (vapeur d’eau, dioxyde de carbone, ozone et méthane pour les plus importants) absorbent et réémettent en grande partie vers le sol.

Les gaz à effet de serre ont en effet la particularité d’être pratiquement transparents au rayonnement solaire et opaque au rayonnement infrarouge émis par la terre. On estime que sans cet effet de serre de l’atmosphère, la température moyenne à la surface de la terre serait au plus de – 19°C au lieu des 15°C que nous connaissons.

Le réchauffement climatique est donc un phénomène physique naturel.

2. L’effet de serre naturel déséquilibré par les activités humaines?

Pour que la température du système terre-atmosphère soit stable, il faut que le bilan énergétique au sommet de l’atmosphère et en surface soit nul.

En 2009, Kevin Trenberth* et ses collaborateurs ont proposé une estimation de ce bilan, en additionnant et soustrayant l’ensemble des échanges d’énergie estimés à partir d’observations et de modèles : le rayonnement solaire atteignant l’atmosphère, la part absorbée et réfléchie, le dégagement de chaleur de la surface, etc.

Au final, ils estiment que le bilan d’énergie au sommet de l’atmosphère et en surface est excédentaire de 0,9 (de 0,7 à 1) W/m2 (flux d’énergie par mètre carré).

Selon ces auteurs, ce surplus d’énergie, responsable d’un réchauffement du système terre-atmosphère, proviendrait de l’effet de serre additionnel : celui qui est provoqué par un excédent de gaz à effet de serre libérés dans l’atmosphère par les activités humaines baptisé forçage radiatif par les scientifiques du GIEC*.

Toutefois, au moment où le GIEC tient un discours toujours alarmiste sur le climat, les climato-sceptiques réfutent toutes les théories défendant le réchauffement climatique.

Ces derniers estiment que l’augmentation des températures est provoquée par des facteurs purement naturels et ne dépend nullement des gaz à effet de serre. Les vraies raisons de ces changements climatiques sont liées à l’inégalité du rayonnement solaire, à la précession (changement de direction de l’axe de rotation de la Terre), à l’instabilité des courants océaniques, à l’alternance des processus de dessalement et d’ensalement des eaux de surface de l’océan Glacial Arctique, etc.

En s’appuyant sur les données fournies par Khabiboulla Abdoussamatov*, chef du laboratoire d’études spatiales de l’observatoire de Poulkovo, ils considèrent que nous avons déjà dépassé le point culminant de réchauffement, et une période de refroidissement sensible a commencé depuis 2012.

Des phases d’activité solaire très basse, accompagnées d’une forte baisse des températures, sont à attendre vers 2041. Cette période de climat frais durera au moins 50-60 ans.

Pour eux, non seulement le gaz carbonique ne produit aucun effet nuisible sur le climat, mais il peut même s’avérer utile étant donné qu’il stimule le développement de la vie sur la planète.

A noter que ces propos ne font l’objet d’aucune démonstration scientifique vérifiable !

3. Les incertitudes de mesures liées au réchauffement climatique

Etudier le climat, revient à comprendre dans le détail quelle énergie la terre reçoit du soleil, puis comment elle la distribue, la digère et la rejette, après l’avoir entraînée dans une multitude de sous-systèmes qui s’entremêlent et s’influencent. Ce qui échappe encore en partie aux scientifiques

De plus, l’influence des nuages est encore hors de portée. Ils constituent le principal casse-tête des climatologues et sont à l’origine de la plupart des erreurs de prévision climatique.

Pour savoir si le réchauffement actuellement constaté va se poursuivre, et quelle température nous attend dans le futur,  le GIEC entreprend un lourd travail de compilation, d’évaluation et d’analyse des données fournies par plus de 2 500 chercheurs, employant une vingtaine de modèles climatiques différents qui permettent de fournir ces prévisions.

Les experts déterminent une fourchette chiffrée de la future température en faisant tourner les différents modèles climatiques sur les cent prochaines années.

Pour faire tourner ces modèles sur une base réaliste, les experts du GIEC établissent des scénarios : le futur des activités humaines y est imaginé en fonction d’hypothèses sur la croissance démographique, le développement socio-économique et les futurs choix technologiques.

L’incertitude générée est évidemment importante car les modèles, construits de manière indépendante par des laboratoires distincts, affichent des « sensibilités climatiques » légèrement différentes ; c’est-à-dire qu’ils ne calculent pas exactement le même impact de l’augmentation des gaz à effet de serre sur la température globale, selon la manière dont ils ont été construits et le scénario adopté est toujours le scénario le plus pessimiste.

4. Réchauffement climatique, affaire scientifique ou politique ?

Les climato-sceptiques  affirment que le réchauffement climatique anthropique est une affaire politique par excellence et que le slogan sauvons notre planète n’est autre qu’une manipulation des « maitres du monde » pour extorquer les populations.

Ils prétendent que toutes les prédictions effectuées par les climatologues modélisateurs se sont toujours révélées erronées. Le nombre et la violence des ouragans a diminué au lieu d’augmenter, les glaces en Antarctique ne cessent de croître depuis près de 30 ans, la banquise arctique qui devait disparaître depuis 2008 est toujours là et elle récupère admirablement.

La vitesse de montée des océans a fortement diminué, les ours polaires qui étaient en voie de disparition ont vu leur population multipliée par 7 depuis 1970 et la planète a verdi de 21{ab58dc1a6730c33509675607918849d98a522fc654d7b8812175c15e2e8966c0}, en partie grâce à la croissance du taux de CO2 atmosphérique.

Quant aux énergies renouvelables, elles ne sont pas compétitives avec les énergies fossiles et nucléaires. Sans les gigantesques subventions étatiques payées par les contribuables, ces énergies intermittentes au coût exorbitant n’auraient jamais vu le jour.

la pollution industrielle et le gaspillage nous privent d'une vie saine sur terre
la pollution industrielle et le gaspillage nous privent d’une vie saine sur terre

Pour conclure :

Le scepticisme commence là où il y a des intérêts financiers suspects ainsi que l’opacité qui tourne autour de ce sujet problématique. Toutefois,  il faut admettre que nous sommes l’espèce la plus menacée en cas de changement significatif du climat et non pas la planète.

Quoiqu’il en soit, encourager une meilleure connaissance du fonctionnement du travail scientifique, assurer un meilleur contrôle de sa diffusion et son financement dans le champ politique et dans l’opinion publique et réduire les gaspillages énergétiques et la surproduction s’avèrent comme des solutions incontournables pour diminuer la pollution et améliorer la qualité de vie des gens sur notre planète.

*Kevin Trenberth : responsable au Centre national pour les recherches atmosphériques de Boulder (Etats-Unis) et auteur principal de plusieurs sections dans les rapports 2001 et 2007 du GIEC.

*GIEC : Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est un organisme intergouvernemental, ouvert à tous les pays membres de l’ONU. Il « a pour mission d’évaluer, sans parti-pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au réchauffement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation

*Khabiboulla Abdoussamatov : chef du laboratoire d’études spatiales de l’observatoire de Poulkovo, principal observatoire astronomique de l’Académie des sciences de Russie.

Le plus d’Aktu : le mathématicien, philosophe et physicien français Henré Poincaré disait que : douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. A vous de conclure !

Sources :

https://www.nasa.gov/feature/goddard/nasa-study-mass-gains-of-antarctic-ice-sheet-greater-than-losses

http://www.france24.com/fr/20151104-nasa-antarctique-glace-fonte-climat-cop21-altimetrie-rechauffement-climatique

https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf{ab58dc1a6730c33509675607918849d98a522fc654d7b8812175c15e2e8966c0}C3{ab58dc1a6730c33509675607918849d98a522fc654d7b8812175c15e2e8966c0}A9rence_de_Paris_de_2015_sur_le_climat

http://climate.nasa.gov/news/2422/

http://climate.nasa.gov/news/2413/

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/la-reponse-de-l-auteur-francois-gervais_3504318_1650684.html

https://www.youtube.com/watch?v=R6eywXdssMw

http://walker-france.com/climat-les-aneries-de-werner-munter/

http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/comprendre-le-climat-mondial/leffet-de-serre-et-autres-mecanismes

http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/comprendre-le-climat-mondial/387

http://planete.gaia.free.fr/climat/effet.serre/rechauffement.sur.html

https://www.skepticalscience.com/translation.php?a=17&l=12

http://portail.bastamag.net/

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/11/01/cop21-et-liberte-dexpression-philippe-verdier-officiellement-vire-de-france2/

http://www.onsaitcequonveutquonsache.com/la-nasa-confirme-que-le-rechauffement-climatique-est-une-fraude-lantarctique-gagne-112-milliards-de-tonnes-de-glace-par-an/