Mort d’Azzedine Alaïa : La mode en deuil

Icone de la mode parisienne dans les années 80 et 90, le couturier franco-tunisien Azzedine Alaïa est décédé dans la nuit de ce vendredi 17 novembre à l’âge de 77 ans, plongeant le monde de la mode dans la tristesse.

 Né à Tunis le 26 février 1940, Azzedine Alaïa, l’homme à l’invariable costume chinois noir, développe très tôt un goût et un talent pour l’art. Après avoir suivi des cours de sculpture aux Beaux-Arts de Tunis, Azzedine Alaïa part pour Paris âgé d’à peine 20 ans. Le styliste franco-tunisien était devenu en un demi-siècle, sans publicité ni promotion pour ses vêtements, un couturier internationalement reconnu avec ses robes sculpturales et ses lignes moulantes sublimant le corps féminin.

Icône des années 80

Mort d'Azzedine Alaïa : La mode en deuil-catwalk
Naomi Campbell foule le catwalk pour le retour d’Azzedine Alaïa

Connu pour ses robes intemporelles, Azzedine Alaïa avait percé dans les années 1980. Figure atypique de la mode à Paris, il présentait ses défilés selon son propre calendrier, à l’écart de la frénésie des Fashion weeks, et sans mise en scène spectaculaire. Allergique à la promotion, ce petit homme discret avait le luxe de se passer de publicité. Ses rares défilés se déroulant en petit comité dans son atelier-boutique du Marais, à Paris.

Etudiant la sculpture aux Beaux-Arts de Tunis, ce fils d’agriculteurs commence à travailler pour une couturière de quartier. Débarquant à Paris à la fin des années 1950, il travaille brièvement chez Dior et chez Guy Laroche. Il a habillé les grands top models de Naomi Campbell à Linda Hardy en passant par Cindy Crawford sans compter des actrices hollywoodiennes qui s’arrachaient ses créations.

Le monde de la mode pleure Azzedine Alaïa

Mort d'Azzedine Alaïa : La mode en deuil-Naomi Campbell et Azzedine Alaia
Naomi Campbell et Azzedine Alaia aux Pays-Bas en décembre 2011

Petit de taille, grand de valeurs, immense de talent… Alaïa n’était pas seulement une « griffe » de haute couture, mais une touche de glamour. A l’annonce de son décès des médias, des stars et des personnalités ont publiés des postes pour rendre hommage au grand artiste de la haute couture. Naomi Camp­bell, qu’il avait décou­verte à l’âge de 14 ans, est sans doute celle pour qui l’émotion est la plus grande a perdu l’homme qu’elle considérait comme son  »papa ».

De son côté,  Carla Bruni a ressorti de ses archives une photo d’elle posant avec le couturier. « Au-revoir » écrit-elle après un émoji coeur brisé. Estelle Lefébure a écrit : « Un grand maître vient de nous quitter« . Inès de la Fressange, l’ancien mannequin reconvertie en créatrice de mode lui a rendu hommage sur Twitter. «Petit par la taille mais immense dans la mode. Adieu Azzedine Alaïa». «Reposez en paix… On vous aimait tant Azzedine Alaïa», a quant à elle écrit l’ancienne Miss France Sonia Rolland. Le journaliste et réalisateur français Serge Moati regrette le décès d’un homme «petit par la taille, et immense par le talent». «Il rendra encore plus belles les femmes au paradis», a-t-il ajouté. « Que Dieu bénisse cette belle âme talentueuse« , a publié la chanteuse Madonna sur Twitter. « J’ai été très chanceuse de le connaître. De travailler avec lui et de rire avec lui. » D’autres personnalités telles que Leïla Kaddour, Charlotte Le Bon ou encore Bérénice Bejo lui ont rendu hommage, chacune à leur manière.

Alaïa inhumé à Sidi Bou Saïd

Mort d'Azzedine Alaïa : La mode en deuil-Azzedine Alaïa avec Farida Khelfa
Azzedine Alaïa avec Farida Khelfa à la galerie Alaïa à Paris le 2 novembre 2016

Les deux mannequins Naomi Campbell et Farida Khelfa, qui étaient très proches du couturier, ont accompagné la dépouille d’Azzedine Alaïa arrivée dimanche soir à l’aéroport de Tunis-Carthage.

L’inhumation a eu lieu ce lundi au cimetière de Sidi Bou Saïd conformément au souhait du défunt d’être enterré en Tunisie. Des dizaines de proches et de personnalités dont la célèbre mannequin tunisienne Afef Jnifen, sont venus se recueillir sur sa dépouille. Le président de la République tunisienne Beji Caied Essebsi et plusieurs autres personnalités politiques et médiatiques, ont également assisté à la cérémonie.

 Le mot d’Aktu: Azzedine Alaïa restera un artiste rare, qui savait sculp­ter les corps, et un styliste à part, très atta­ché à son indé­pen­dance. Ses vêtements étaient conçus avec beaucoup de passion, de technique et un savoir-faire extraordinaire. Paix à son âme

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici