Un cancer du sein avancé guéri par immunothérapie

Une femme atteinte d’un cancer du sein en phase terminale a survécu grâce à un traitement expérimental. Depuis près de deux ans, son état de santé est stable et elle a pu retrouver une vie normale. Il s’agit d’une première mondiale.

Alors que son cas était sans espoir, Judy Perkins, une Américaine de 52 ans atteinte d’un cancer du sein métastatique en phase terminale est depuis près de deux ans en rémission complète grâce à un traitement révolutionnaire: l’immunothérapie cellulaire personnalisée. En utilisant les cellules immunitaires de la patiente, l’équipe du Dr Steven A. Rosenberg a réussi à venir à bout de 6 lésions cancéreuses mesurant entre 2 et 7 centimètres de diamètre. Une prouesse rapportée ce lundi par la revue scientifique Nature Medicine .

Trier les cellules immunitaires

1ère mondiale : un cancer du sein avancé guéri par immunothérapie
L’immunothérapie cellulaire personnalisée contre le cancer.

Judy Perkins était atteinte d’une tumeur dite «hormono-dépendante», qui croît sous l’effet d’hormones sexuelles. Son cancer métastasé avait atteint d’autres organes, dont le foie, quand a commencé cette « nouvelle approche en immunothérapie ». Il s’agit d’un procédé qui stimule les défenses immunitaires. Il a déjà fait ses preuves pour certains cancers comme celui du poumon, du col de l’utérus, du sang, de la peau et de la prostate.

La méthode a consisté à prélever des lymphocytes (cellules immunitaires) sur une tumeur de la patiente, à les manipuler et à les réimplanter. Ils ont été triés pour voir lesquels reconnaissaient les cellules cancéreuses. Ils ont ensuite été « réactivés » pour s’attaquer aux cellules cancéreuses, aidés par un « inhibiteur des points de contrôle de l’immunité », pour débloquer la contre-attaque du système immunitaire, détaille l’étude.

Une thérapie anticancéreuse « hautement personnalisée »

1ère mondiale : un cancer du sein avancé guéri par immunothérapie
Recherche sur les cellules souches en laboratoire pour le traitement contre le cancer.

Les chercheurs ont ainsi créé une thérapie anticancéreuse « hautement personnalisée » qui a permis « une régression totale de la tumeur ». La réaction au traitement a été « sans précédent » dans un cas aussi grave, selon l’un des chercheurs de l’étude. Ces travaux « constituent une avancée majeure dans la démonstration de faisabilité » de l’immunothérapie, même sur les cancers les plus difficiles à traiter, selon Alan Melcher, professeur d’immunothérapie à l’Institut de recherche sur le cancer de Londres. Mais « cette technique particulière est fortement spécialisée et complexe, ce qui signifie que pour beaucoup de gens elle ne sera pas adaptée », a tempéré Peter Johnson, oncologue britannique.

Le plus d’Aktu: Les médecins ne peuvent pas affirmer avec certitude que ce traitement d’un nouveau genre est bien à l’origine de la disparition du cancer. Car en plus de l’immunothérapie personnalisée, la patiente a reçu un autre médicament, déjà utilisé dans de nombreux cancers: les «inhibiteurs de check-point». En levant les freins du système immunitaire, ils confèrent à ce dernier une force de frappe encore plus importante. 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici